Top
  • Facebook
  • Twitter
  • reddit
  • LinkedIn
  • Blogger
  • Tumblr
Carnet de campagne par Pierre-Yves Cadalen
Jusqu'à la fin du Ribines tour pour l'alternative écologique & sociale en Bretagne, notre tête de liste pour la Bretagne Insoumise livrera tous les jours ses impressions, ses réflexions et moments de rencontre avec des citoyennes, citoyennes, ouvriers, paysans, syndicats, associations, etc. tant sur les luttes locales comme sur les initiatives positives

Partagez pour contribuer à notre campagne de dons !

Jour 21

Il y a le ciel, le soleil, la mer et l’agriculture

La journée a été marquée par une étape intermédiaire à Saint Michel en Grève, d’où venait l’interpellation municipale mentionnée hier par Yves-Marie Le Lay. Cinquante ans, et cette plage est toujours marquée par el problème des algues vertes. En effet, la forme en pince de crabe de la baie, entre Locquirec et Saint Michel en Grève, est particulièrement propice à la stagnation favorable au développement des algues vertes. Si l’on y ajoute quelques degrés printaniers, le phénomène peut s’emballer. Pour affronter ce problème, il faut toujours en revenir aux causes. Il n’est pas possible de détester les effets et d’en adorer les causes : il faut choisir, ou les algues vertes, ou la perpétuation de l’agriculture intensive, et notamment de l’élevage intensif. Cette matinée, contrairement au coup de froid hier sur Lannion, a été marquée par le soleil, et c’est en musique que nous sommes allés à la rencontre des citoyens sur le marché.
Après avoir échangé avec une maraîchère et une poissonnière, je me suis rendu un instant au cimetière marin, immédiatement aux abords du marché. La vue imprenable sur la baie fait penser à la chanson de Brassens, qui souhaitait que la mer le berce pour l’éternité. Le monument aux morts, pour la Première guerre mondiale, indique 1914-1919 ; si des historiens me lisent, peut-être peuvent-ils répondre à ma question : parfois, les plaques peuvent même indiquer 1920 ou 1921, et il m’est arrivé de me demander si cela correspondait à la mort de grands blessés, ou à l’intervention de l’armée française en Russie, à la suite de la Première guerre mondiale.
Nous devions tout de suite repartir pour Morlaix où un bon déjeuner nous attendait, et le parcours cycliste fut assez raccourci aujourd’hui du fait de l’agenda chargé. C’est que nous entrons dans la dernière phase de la campagne, moment où nos concitoyens qui souhaitent y participer vont s’y intéresser davantage, et où certains peuvent se décider à y aller. Plus que jamais, à cet instant, il faut que nous soyons là pour convaincre et partager nos arguments et notre programme. C’est en sachant cela que j’avais dit à Victor de confirmer ma venue à un débat sur l’autonomie alimentaire, organisé par le collectif sur la souveraineté alimentaire dans le Finistère. Mon retour dans le département a donc commencé par une discussion avec des agriculteurs convaincus de la nécessité d’une conversion du modèle, et des représentants de certaines listes. Parmi celles-ci, Olivier Allain, vice-président à l’agriculture de la majorité sortante, sur la liste de la République en marche, a tenu un discours particulièrement hypocrite, regrettant les dommages du libre-échange que Macron soutient à tout crin, se lamentant de la faible création d’emplois liées au CICE comme si de nombreux économistes et militants ne l’avaient pas prévue auparavant, tout en vantant les mérites de l’agroécologie alors qu’il a maintenu et pérennisé des financements importants à l’agriculture intensive, notamment pour l’extension des élevage. À notre proposition de réorientation de ces subventions, de mécanismes d’annulation de la dette paysanne et de restructuration par les créanciers privés, il n’a rien su répondre d’autre qu’une accusation absurde d’autoritarisme. Les journalistes qui se battent pour la liberté d’informer sur l’agroalimentaire, et sont menacées pour cela, seront ravies d’apprendre qu’Olivier Allain considère que le problème de la démocratie en Bretagne tient à des propositions de conversion du modèle. Bref, il m’a semblé en tout cas, à ce débat, que des convergences fortes pouvaient exister avec d’autres listes sur cette question, ce que nous répétons depuis plusieurs mois d’ailleurs. Plus nous serons haut, plus nous les obligerons à la cohérence.
Alain, qui nous accueillait, nous a fait visiter sa ferme où le lait est transformé en fromage, le petit lait sert à nourrir les cochons, et ceux-ci paissent dans une surface dédiée. Nous n’avons pas eu le temps d’aller les voir dehors, mais il est tellement rare de voir des cochons à l’extérieur, alors qu’il y en a deux par Breton, que j’ai trouvé l’image réjouissante, comme hier avec Pascale. Le temps passé à l’écoute des présentations fort intéressantes, et aux échanges et discussions nourris, a malheureusement mordu sur la rencontre suivante qui devait avoir lieu à Pleyber-Christ, avec les animateurs d’une école alternative qui aide les sans-papiers, les forme et les appuie. Ce travail bénévole est à saluer, il relève d’une solidarité bienvenue, d’autant plus à ce moment où l’épidémie risque de renforcer à tout crin le repli sur soi. De façon générale, ce tour m’a fait rencontrer des personnes merveilleuses qui font vivre cette solidarité concrète que nous souhaitons porter au Conseil régional. J’ai d’ailleurs pu échanger avec Loïc au moment d’arriver à Morlaix.
En effet, après notre première arrivée à Morlaix, nous étions partis à Sizun pour le débat, et de retour nous étions sous le kiosque pour un beau moment, en chorale et en chansons : l’âge d’or, les penn sardin, et le magnifique poème en catalan, cet hymne à la liberté contre Franco. Malgré l’attente que j’avais dû leur faire subir, la joie était au rendez-vous, et nous avons passé un très bon moment sur le kiosque de la place centrale, après lequel nous nous sommes rendus à Plougonven, à dix kilomètres de Morlaix, pour un buffet fraternel et, là aussi, chantant. Nous y avons découvert un jardin impressionnant en permaculture. Denis y a consacré une énergie considérable, et l’organisation des buttes, circulaires autour d’une serre pour les aubergines et les tomates, qui force le respect. Avec Julien Kerguillec, maire de Pleyber-Christ, nous avons parlé des moyens de redonner de la vie aux bourgs ruraux, enjeu aussi passionnant qu’essentiel. Toutes et tous, nous avons échangé sur les perspectives politiques et l’impératif absolu qu’il y a d’engager véritablement une alternative aujourd’hui. C’est le sens de ce que disait un jeune qui souhaite s’installer et faire du fromage dans le coin de Sizun aujourd’hui : voir passer devant soi des terres dont il pourrait faire bon usage est désespérant, tout cela parce que les terres se concentrent. Ces cas, si nombreux, invitent à engager la bifurcation écologique rapidement, à la croisée des chemins où nous nous trouvons.
Me voici désormais dans le train pour Brest, puisque le tour va continuer avec une présence plus réduite de ma part : je serai à Briec dimanche, mais dois préparer les débats télévisés de la semaine prochaine, sur Tébéo et France 3 Bretagne. Le rythme va s’accélérer dans les jours à venir : à Douarnenez nous présenterons le programme lundi, et Brest sera le point d’arrivée de notre tour samedi, journée nationale de la marche pour les libertés. Le soir, nous serons en réunion publique au patronage laïque du pilier rouge. Demain, je reprends mon souffle pour porter haut nos idées la semaine qui vient, et participe à une discussion avec Eaux et rivières de Bretagne qui peut fêter une belle victoire dont nous parlerons. Dimanche, je vous raconterai Briec. En tout cas, comme cette campagne est enthousiasmante, emplie des sourires, des luttes et des projets qui peuvent, dans deux semaines, trouver une perspective politique en Bretagne. Je vois les lumières du port, si belles la nuit, à dimanche !
  • Facebook
  • Twitter
  • reddit
  • LinkedIn
  • Blogger
  • Tumblr
  • Facebook
  • Twitter
  • reddit
  • LinkedIn
  • Blogger
  • Tumblr
  • Facebook
  • Twitter
  • reddit
  • LinkedIn
  • Blogger
  • Tumblr
  • Facebook
  • Twitter
  • reddit
  • LinkedIn
  • Blogger
  • Tumblr

Par Pierre-Yves Cadalen têtes de liste Bretagne Insoumise aux élections régionales en Bretagne

Share This