Top
  • Facebook
  • Twitter
  • reddit
  • LinkedIn
  • Blogger
  • Tumblr
Carnet de campagne par Pierre-Yves Cadalen
Jusqu'à la fin du Ribines tour pour l'alternative écologique & sociale en Bretagne, notre tête de liste pour la Bretagne Insoumise livrera tous les jours ses impressions, ses réflexions et moments de rencontre avec des citoyennes, citoyennes, ouvriers, paysans, syndicats, associations, etc. tant sur les luttes locales comme sur les initiatives positives

Partagez pour contribuer à notre campagne de dons !

Jour 22/23

Avant le débat, un saut de puce à Briec

Débat oblige demain, mon billet de ce soir sera court. Pour ce moment de relâche avant les discussions politiques qui m’attendent avec les autres têtes de liste, je suis donc revenu à Brest. Comme cela a été plaisant de retrouver Brest hier et aujourd’hui. J’ai d’ailleurs croisé plusieurs personnes qui m’ont demandé des nouvelles de notre tour à vélo, ce qui m’enthousiasme assez. Je sens que cette manière de faire campagne, à la fois au contact des gens, mais en passant aussi par l’aspect concret des lieux et des routes qui les lient, suscite de la sympathie. Certains commentateurs ont dit que cette façon de faire campagne « nous ressemblait ». Je ne sais pas si ces mots étaient flatteurs dans leurs bouches, mais ils le sont pour moi, car la cohérence de notre engagement se lit au fil des rencontres et des lieux dont nous nous imprégnons. C’est une belle liste régionale que j’ai l’honneur de mener.
Hier, Ali et Patrick ont fait l’étape de Morlaix à Carhaix, et leurs rencontres, notamment avec un centre de formation en breton, y ont été très positives et ouvertes. Puis est venue l’étape dominicale, très pentue, le jour du Seigneur n’aplatissant pas les côtes : Franck, Lucie et Vincent se sont dévoués pour monter un col de huit kilomètres, et en les entendant, je me suis dit que j’avais échappé à une portion particulièrement coton du tour. Dans la matinée, le camping-car est passé à Guscriff pour des échanges avec Marie Madeleine et Jackie.
Après avoir avancé sur des affaires liées à mon travail hier, participé au débat avec Eaux et rivières de Bretagne qui m’a permis de développer notre politique contre les algues vertes et que je vous invite à retrouver sur leur page et à partager, je suis revenu à Briec, où il y a quelques semaines nous manifestions déjà contre l’implantation d’un entrepôt Amazon.
Nous étions là, près des terres destinées à être bétonnées, derrière la déchetterie et l’incinérateur dont Catherine nous a expliqués les risques en termes de pollution. C’est, dit notre candidate sur le canton de Briec, l’envers du décor, la poussière que l’on met sous le tapis, tant il est vrai que les conditions et les conséquences de notre mode de production et de consommation sont tenues loin de nous, en périphérie, dans des lieux où ils sont supposés invisibles. De l’entrepôt Amazon à l’incinérateur, il y avait en effet tout un symbole de la destruction générale de nos milieux de vie par un système fou de consommation à outrance et de production massive de déchets. Chaque Finistérien produit en moyenne annuelle près de 700 kg de déchets. Se poser là, sur la pelouse, en face de l’incinérateur qui ronronne, et réfléchir à ce chiffre, porte forcément à penser politique, à orienter différemment nos politiques publiques, mais interroge aussi le cadre dans lequel nous vivons en société, dans laquelle la danse folle de la surconsommation n’existe, ultimement, que pour soutenir à bout de bras le profit de quelques possédants.
Benjamin nous a parlé d’un autre modèle, celui de la coopérative de production qu’il a lancée dans le BTP, et qui suscite de l’espoir et de la joie : lorsqu’on est maître de son travail, que l’on peut en fixer les limites et le sens, la vie est plus heureuse. Ils ont même décidé de se fixer un horizon, celui des 32 heures hebdomadaires, d’autres coopératives de production l’ayant établi. Cette intervention était réjouissante, mettant en avant un modèle d’entreprise démocratique que nous soutenons fortement. Entre luttes et chemins prometteurs, notre tour continue à visiter ce que la Bretagne a à nous apprendre. Sylvie, elle, a pris la parole pour défendre les AESH et les AVS, qui travaillent dans le domaine scolaire et sont précarisées et sous-payées, temps partiel qui les mène à des salaires comme 700 euros par mois pour s’occuper des jeunes et des enfants, et mettre en œuvre cette fameuse école de l’insertion pour laquelle les gouvernements successifs n’ont jamais véritablement mis les moyens. Il faut titulariser les AESH et les AVS, et les payer décemment. Cela doit relever d’une décision nationale, et non, comme le gouvernement l’entend, être renvoyé à la responsabilité des départements. Nous devons faire preuve de solidarité avec cette profession, et j’ai plus tôt dans la journée partagé une vidéo de Margot qui mettait en lumière cette lutte. Jean-Michel, lui, nous a parlé des actions si nécessaires des centres sociaux, notamment en zones rurales, et tout particulièrement en Centre Finistère où tant de familles sont dépourvues de moyens financiers. Ces structures sont essentielles pour faire vivre la solidarité et entre nous créer du lien, du temps libre pour ceux qui sont si souvent soumis à l’angoisse du lendemain posée par la précarité.
Enfin, j’ai conclu ma visite à Briec par un échange, dans notre désormais célèbre camping-car, à propos des cinémas indépendants et de la nécessité de les défendre, en se gardant de Cinéville, puissance d’uniformisation des offres cinématographiques qui menace les petites structures indépendantes. C’est une réalité importante à prendre en compte, notre exception culturelle étant belle par sa diversité.
Je suis revenu avec Édouard à Brest, où m’attendait une ancienne étudiante, plaisir des retrouvailles même en des temps particulièrement denses. Tout cela est joyeux, et c’est dans cet esprit, porté par notre projet solide et cohérent et par le solide collectif que nous avons, que j’ai préparé le débat télévisé de demain, qui sera diffusé sur Tébéo et Tébésud. J’y vais le cœur tranquille, sachant la nécessité de l’alternative sociale et écologique que nous portons. Je lirai avec attention vos avis à ce sujet.
  • Facebook
  • Twitter
  • reddit
  • LinkedIn
  • Blogger
  • Tumblr
  • Facebook
  • Twitter
  • reddit
  • LinkedIn
  • Blogger
  • Tumblr
  • Facebook
  • Twitter
  • reddit
  • LinkedIn
  • Blogger
  • Tumblr
  • Facebook
  • Twitter
  • reddit
  • LinkedIn
  • Blogger
  • Tumblr

Par Pierre-Yves Cadalen têtes de liste Bretagne Insoumise aux élections régionales en Bretagne

Share This