Top
PS / LREM : cessez de soutenir les élevages industriels de cochons !

PS / LREM : cessez de soutenir les élevages industriels de cochons !

La Commission européenne vient de mettre en demeure la France et lui demande de modifier sa réglementation sur les élevages industriels. Pour les élevages jusqu’à 2 000 porcs ou 40 000 poulets, le ministre PS de l’agriculture, Stéphane Le Foll, avait en effet autorisé en 2013 leur extension sur simple notification au préfet, politique poursuivie par LREM.

Grâce à l’association Eaux et rivières de Bretagne, qui a souligné la contradiction entre les normes environnementales et ces dispositions, la France va devoir revoir sa législation. Avec 57 % des porcs français produits sur son territoire et près de la moitié des fermes-usines françaises, la Bretagne est particulièrement concernée par cette réglementation. Il faudrait atteindre moins de 10 mg/L de nitrates pour lutter efficacement contre les algues vertes, et nous en sommes encore à plus de 30 mg/L !

Reste le problème politique. Thierry Burlot, actuel vice-président macroniste de la Région présidée par Loïg Chesnais-Girard, pouvait déclarer en 2011 en tant que secrétaire du PS des Côtes d’Armor que « le lien entre élevage intensif porcin et algues vertes constitue une imposture scientifique ». Ces déclarations lui ont semble-t-il valu une position de choix en tant que vice-président à l’environnement au sein de la majorité sortante de Loïg Chesnais-Girard. Le PS et LREM partagent en Bretagne le combat de la défense de l’agriculture intensive. Après une campagne nationale de communication de France Nature Environnement, Thierry Burlot osait même écrire qu’évoquer le problème des algues vertes était « une provocation pour le tourisme en Bretagne ». Toute honte bue, voici qu’il s’imagine désormais présider la Région avec l’étiquette macroniste.

Comble de l’ironie, rien n’a empêché la macronie de nommer Thierry Burlot président de l’office français de la biodiversité et Loïg Chesnais-Girard de le nommer président de l’agence bretonne de la biodiversité !

La Bretagne n’a pas vocation à détruire son environnement, ni à mettre ses paysans en danger.

En juin prochain, il nous faut construire l’alternative en Bretagne avec nos concitoyen.ne.s, les agriculteur.trice.s, les ouvrier.ère.s de l’agroalimentaire et écarter les lobbies porcins et volaillers qui dictent à la Région sa politique agricole. Nous portons cette alternative face à la majorité PS/LREM qui les encourage inlassablement. L’avenir est aux circuits courts, aux productions de qualité et à la juste rémunération des agriculteur. trice.s. Ceci passe par une rupture franche avec le modèle obsolète des holdings “coopératives” agro-industrielles qui exploitent les paysan.ne.s: voici le sens de notre engagement dans cette élection régionale.

Bretagne Insoumise – Pierre-Yves Cadalen – Marie Madeleine Dorés-Lucas

Share This