Top

Pour une Bretagne Des arts et de la culture

Démocratiser la culture pour toutes et tous, sur tous nos territoires

Partagez pour contribuer à notre campagne pour la Bretagne !

Pour une valorisation de la culture et du patrimoine breton

La Bretagne est l’une des régions les plus dynamiques de France en matière de culture. Le tourisme, le patrimoine et la culture sont des domaines qui génèrent un gisement d’emplois et des retombées économiques importantes pour notre territoire. Ils participent activement à son développement, à son attractivité et à son rayonnement bien au-delà de notre région.
Bien plus qu’un passe-temps ou un acte de « consommation », l’art, la culture et le patrimoine sont des outils essentiels au lien social, au développement de l’esprit critique, à l’émancipation et l’ouverture sur le monde. Ils sont des biens communs et un droit qui doit devenir accessible à tous.
Nous devons construire une culture commune qui ne nie pas la diversité mais qui se nourrit de celle des autres, des langues, des expériences de chacun pour enrichir un projet collectif et faire société ensemble.
Nous devons enfin veiller à la préservation de notre patrimoine matériel, immatériel et naturel et sortir des logiques marchandes, de plaisir immédiat et de rentabilités économiques destructrices.

Démocratiser l’accès à la culture par une offre de proximité, accessible et diversifiée

Parce que la culture est un droit pour chacun.e, nous voulons garantir son accès et sa pratique à tous, partout sur le territoire.
Or, depuis le début de l’épidémie, le monde culturel est confiné, à l’arrêt, sans perspective claire et de nombreux acteurs et actrices se retrouvent aujourd’hui précarisés et en danger. Une politique publique culturelle ambitieuse ne peut se faire sans prendre en compte les acteurs locaux qui doivent pouvoir vivre décemment de leurs métiers et se projeter sereinement.
Nous proposons une politique qui garantisse la liberté d’opinion et de création des artistes, protégée de toute instrumentalisation politique, religieuse et de tout asservissement aux logiques marchandes. Elle passe par un soutien massif et ambitieux à toutes les formes et expressions artistiques ainsi qu’à toutes les structures permettant leur pratique, leur création et leur diffusion.

Face aux conséquences de la crise sanitaire, nous devons construire avec les acteurs, les élus locaux et les citoyens un Plan d’urgence et de relance en faveur du secteur culturel, structuré autour des axes suivants :

Mise en place d’un Fonds d’urgence culturel

La mise en place d’un Fonds d’urgence culturel en soutien aux structures les plus fragilisées notamment les petits lieux indépendants, les cafés concerts et celles oubliées par les dispositifs de l’État.

La création de postes dans l’éducation artistique et culturelle

La création de postes dans l’éducation artistique et culturelle pour planifier la réouverture et le renforcement des lieux culturels

Des outils pour structurer le secteur culturel

Le développement d’outils pour structurer le secteur culturel breton (annuaire, accompagnement, guichet unique).

L'accompagnement pour faire valoir ses droits

Accompagner les travailleurs pour qu’ils fassent valoir leurs droits (droit d’exposition, droits d’auteurs, contrats, indemnisations…).

Le développement de la commande publique artistique

Le soutien aux emplois en développant la commande publique artistique et en exigeant l’application du 1% artistique pour tous les lieux publics construits ou subventionnés par la Région et son extension à tous les appels d’offres.

Faire face à l’uniformisation culturelle et linguistique de nos sociétés

Face à l’uniformisation culturelle et linguistique de nos sociétés, sous l’effet notamment de l’hégémonie de la culture anglo-saxonne, nous portons l’ambition de la diversité linguistique et de la culture populaire. Une société ouverte ne peut exclure aucun locuteur au nom d’un modèle unique. Intégrer les langues et la culture bretonnes, comme constitutives de notre histoire, permet l’émancipation citoyenne et constitue un atout indispensable pour dépasser les replis identitaires.
Aussi, cet apprentissage des langues régionales doit être replacé au cœur des politiques publiques. C’est pourquoi nous avons dénoncé que la loi exige des collectivités locales des engagements financiers qui se substituent aux insuffisances et carences volontaires de l’État. C’est par les politiques publiques que l’on peut permettre à tous les enfants et toutes les familles, quels que soient leur milieu d’origine ou leur territoire d’appartenance, d’accéder à l’éducation populaire seule garante de l’égalité des chances, aux langues et à la culture, à la connaissance de l’histoire plurielle de la Bretagne, de son patrimoine, des lieux, des événements, de l’art et l’audio-visuel, de la vie quotidienne et citoyenne dans un esprit de partage et d’enrichissement réciproque qui rejette toutes les exclusions.
Pour porter cette ambition en matière linguistique, Bretagne Insoumise s’engage à :

Défendre le breton et le gallo dans le service public ou associatif

Défendre la présence du breton et du gallo dans le service public ou associatif sous contrat, de la maternelle à l’université.

Renégocier la Convention État-région sur les langues régionales

Renégocier la Convention État-région sur les langues régionales afin d’assurer la présence du breton et du gallo dans l’espace et l’enseignement public, conformément aux lois portant sur l’apprentissage des langues régionales.

Mise en place de l’enseignement des langues bretonnes dans l’école publique et laïque

Réclamer les moyens réels et nécessaires à la mise en place de l’enseignement des langues bretonnes dans l’école publique et laïque ainsi qu’à la formation des maîtres à l’université.

Une offre culturelle sur l’ensemble du territoire, grâce à un maillage de proximité 

Face à l’abandon des zones périphériques et rurales, nous nous engageons à déployer une offre culturelle sur l’ensemble du territoire, grâce à un maillage de proximité.
La culture n’échappe pas au phénomène de métropolisation, avec une concentration des lieux de culture à proximité des grandes villes. Pour autant, la logique de gentrification du cœur des villes conduit aussi à la fermeture de petits lieux privant certaines formes culturelles de lieux d’expression. Afin de rendre plus égale cette offre entre les territoires, nous proposons :

Soutenir la mise aux normes des petits lieux indépendants

Soutenir la mise aux normes (bruit, vigipirate, crise sanitaire,…) des petits lieux indépendants, maillon indispensable du développement artistique.

Favoriser les pôles d’attractivité et tiers-lieux pluridisciplinaires

Favoriser les pôles d’attractivité et tiers-lieux pluridisciplinaires de proximité en favorisant la restauration de lieux atypiques et de bâtiments patrimoniaux.

Dynamiser la présence artistique dans les territoires

Dynamiser la présence artistique dans les territoires tout au long de l’année par la mise en place de résidences de territoire, de projets artistiques, notamment par l’acquisition d’outils mobiles de diffusion (chapiteaux, camions-spectacles, péniches..)

Repenser l'accessibilité des lieux de culture

Repenser l’accessibilité des lieux de culture, en favorisant notamment les transports publics et collectifs.

Une culture populaire et ouverte à tous

Face aux inégalités sociales, nous souhaitons enfin une culture populaire et ouverte à tous.
L’accès à la culture a un coût et n’est pas égalitaire. Certaines personnes, de par leurs revenus, leur situation sociale ne peuvent en bénéficier. Nous défendons l’idée que la culture est un droit et que chaque personne doit pouvoir y accéder. Pour ce faire, nous ferons en sorte :

Renforcer les aides existantes

Renforcer les aides existantes, mieux les faire connaître et les rendre faciles d’accès.

Développer les dispositifs de solidarité et de gratuité

Développer les dispositifs de solidarité et de gratuité (« tickets suspendus », billetterie responsable, carte de transport à tarif réduit).

Organiser des actions de médiation et de partenariat

Organiser des actions de médiation et de partenariat entre les structures culturelles, les publics scolaires, les centres sociaux ou les associations d’insertion

Développer des formes et des lieux atypiques

Développer des formes et des lieux atypiques désacralisant la culture.

Préserver le patrimoine naturel et culturel breton en favorisant un tourisme populaire, écologique et porteur de sens

La Bretagne est devenue l’une des régions touristiques les plus attractives de l’hexagone. Elle offre en plus de la diversité de ses paysages oscillant entre le bleu et le vert, l’authenticité de son patrimoine et une nature encore relativement préservée par endroits. Son attrait réside également dans la richesse de ses événements culturels, de son histoire et de ses langues, de ses musiques, de ses danses, de son patrimoine maritime qui tous participent à forger l’identité de la Bretagne, attirant chaque année plus de treize millions de visiteurs.

Mais le constat est là. Sous l’effet du réchauffement climatique, du désir de proximité et d’accessibilité des sites, d’une offre touristique qui a focalisé l’attention sur quelques sites ou événements médiatisés, la fréquentation touristique s’est fortement accrue en Bretagne ces dernières décennies. L’industrie touristique basée sur une fréquentation de masse a peu à peu remplacé un tourisme plus populaire, plus singulier et porteur d’autres valeurs que celle de la consommation. Cette évolution s’est accompagnée d’un ensemble de répercussions négatives pour les territoires : pressions sur les écosystèmes, surproduction de déchets, développement des emplois précaires, inflation des prix et de l’immobilier.
Depuis une année pourtant, la crise sanitaire est venue requestionner ce modèle. En oblitérant la mobilité, elle a réintroduit la notion de limites géographiques et culturelles et fait redécouvrir les vertus d’un tourisme de proximité, plus apaisé et authentique.

Lors de ces élections, nous proposons de prendre appui sur cette accélération de la prise de conscience de la fragilité de nos écosystèmes et de notre modèle de développement économique pour proposer un changement de paradigme en matière de tourisme, de droit aux loisirs et à la culture en valorisant les valeurs de solidarité, de durabilité et d’accessibilité.

Pour accompagner ces évolutions, nous nous engageons ainsi à :

Soutenir une autre forme de tourisme

Réserver nos soutiens en faveur des acteurs faisant le choix d’un tourisme :

◼ Populaire et émancipateur, accessible au plus grand nombre et à tout type de public (enfants, parents isolés, seniors, personnes en situation de handicap) et renouant avec les colonies de vacances et classes de mer à vocation d’éducation populaire et à la nature.

◼ Orienté vers la nature, l’observation, la connaissance et le respect de l’environnement, en favorisant les structures et lieux d’accueil engagés dans l’écologie.

◼ Equilibré sur le territoire, entre terre et mer, entre l’Armor et l’Argoat, entre la ville et la campagne.
◼ Educatif, en relation avec les événements culturels dans une perspective d’échanges et d’émancipation par la culture.

◼ Pluriel et diversifié, qui ouvre à une multiplicité d’expériences par des combinaisons de visites ou stages patrimoniaux, architecturaux, au sein de structures muséales ou lieux de création.

◼ Apaisé, lent, privilégiant le bien-être et l’expérience à la consommation, axé sur des modes de déplacements doux et faisant des voies navigables, écosystèmes que nous dépolluerons, des vecteurs structurants.

◼ De partageur et d’accueil, qui encourage l’échange et la solidarité entre les visiteurs et les habitants de la Bretagne.

Conditionner l'accès des aides à l’entretien et à la valorisation du patrimoine

Conditionner l’accès des aides à l’entretien et à la valorisation du patrimoine naturel et architectural aux seules collectivités publiques faisant le choix de conserver la maîtrise de la gestion de ce patrimoine et des retombées financières qui en sont issues.

Valoriser nos canaux

Faire des canaux de Bretagne, propriété de la Région, des espaces privilégiés pour promouvoir cet autre tourisme, écologique et solidaire, et redéployer les visiteurs vers l’ensemble des richesses que recèlent la Bretagne intérieure.