Top
Fibre optique en Bretagne : stop à la maltraitance sociale !

Fibre optique en Bretagne : stop à la maltraitance sociale !

Le déploiement de la fibre optique en Bretagne par des entreprises peu scrupuleuses génère des situations inhumaines et dégradantes. Bretagne Insoumise tire le signal d’alarme.

L’objectif du Conseil Régional était pourtant salutaire: raccorder 100% des Bretonnes et des Bretons à la Fibre Optique d’ici 2026. Oui mais voilà : les conditions  sociales dans lesquelles les travaux se déroulent sont dramatiques. L’accès de toutes et tous  à Internet ne peut  se faire à n’importe quel prix.

Sous prétexte de pénurie de raccordeurs de fibre optique et de tireurs de câbles, les multinationales qui obtiennent les marchés  utilisent des travailleurs détachés ou des travailleurs sans-papiers par le biais d’une cascade de sous-traitants.
Ces salariés de l’ombre sont exploités,  sous-payés, mal-équipés, souvent entassés dans des logements insalubres par des marchands de sommeil, etc. Les accidents du travail se multiplient et les chantiers prennent un retard considérable.

Nous rappelons d’ailleurs que la France insoumise est favorable à l’abolition du statut de travailleur détaché.

Nous dénonçons cette situation et soulignons que pour 90% du territoire (hors zones “AMII”, territoires urbanisés), le donneur d’ordre n’est autre que Mégalis, un syndicat mixte de coopération territoriale piloté et financé par nos impôts, via le Conseil Régional de Bretagne et son Président Loïg Chesnais-Girard. Pour les 10% de zones AMII, gérées directement par les multinationales Orange, SFR et Bouygues largement complices de cette souffrance au travail, les élu.e.s de la région, départements et communes devraient être un rempart. Leur silence est inacceptable, surtout dans un contexte ou la défense des salarié.e.s est rendue plus difficile depuis la disparition des CHSCT du fait de M. Macron.

Bretagne Insoumise exige la transparence sur l’ensemble des contrats de sous-traitance et la fin de l’exploitation sociale par ces entreprises.
Nous recommandons aussi la mise en place d’un service public régional de formation professionnelle digne de ce nom pour répondre aux enjeux de l’accessibilité numérique sur le territoire.

Pierre-Yves Cadalen et Céline Meneses,
Porte-paroles de la France Insoumise de Bretagne,
les Groupes d’Actions de Bretagne Insoumise

Share This