Top

Chéritel : Le groupe agro-alimentaire veut encore frapper !

L’entreprise Tregor Légumes, grossiste en fruits et légumes pour la grande distribution installée près de Guingamp, multiplie depuis une dizaine d’années démêlés judiciaires et poursuites pour diffamation envers journalistes et syndicalistes.

2015 : le groupe Chéritel poursuit un quotidien au sujet d’un article sur des “Travailleurs bulgares”. Le groupe de presse est condamné en diffamation pour avoir mentionné le travail dissimulé.
2018 : Trégor Légumes est condamné à une amende de 261 610 € et son gérant, Jean Chéritel, à deux mois de prison avec sursis pour délit de marchandage.
2019 : J. Chéritel est condamné en première instance par le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc à 100 000€ d’amende et trois mois de prison avec sursis pour « tromperie sur l’origine française ou étrangère d’un produit ». L’entreprise est reconnue coupable d’avoir vendu, pendant plusieurs années, au groupe Aldi des tomates estampillées “Made in France” alors qu’elles provenaient en réalité des Pays-Bas, d’Espagne ou du Maroc.
2020 : le groupe Chéritel attaque Inès Léraud pour diffamation, l’autrice de la BD à succès “Algues vertes, l’histoire interdite”, suite à une enquête intitulée : « Travail dissimulé, fraude sur les étiquettes : les multiples abus d’un groupe agro-industriel breton ». Le groupe annonce abandonner ses poursuites en janvier 2021 à quelques jours du procès.

Ces dernier mois, le groupe Chéritel a récidivé en déposant une nouvelle plainte pour diffamation à l’encontre de syndicalistes.

Suite à l’emploi illégal de 26 salariés de nationalité bulgare mis à disposition par une agence d’intérim bulgare de 2013 à 2015, le syndicat CFDT a qualifié sur Facebook d’« esclavage moderne » les agissements de l’entreprise. Le groupe Cheritel contre-attaque : Jean-Luc Feillant, secrétaire général CFDT agroalimentaire du Finistère, et deux autres syndiqués devront s’expliquer devant la justice ce jeudi 18 mars 2021.

Tout cela suffit ! Stop à l’omerta qui règne autour de l’agro-industrie bretonne et aux pressions exercées sur les lanceurs d’alerte !

Bretagne Insoumise soutient les aspirations du collectif Kelhaouin pour le droit d’informer librement. Nous soutenons avec tout autant de détermination les syndicalistes qui se battent dans les usines pour faire respecter le droit des salarié.e.s.
Ainsi nous serons présents au rassemblement organisé par les syndicats devant le siège du groupe Chéritel à Grâces, le jeudi 18 mars de 13h à 16h, pour soutenir ces trois syndicalistes ayant joué leur rôle de lanceurs d’alerte.

Share This